Les médias omettent de mentionner le contexte et les préexistants essentiels à la compréhension de la situation

Mesdames, Messieurs,

A nouveau la bande de Gaza est soumise à un intense bombardement israélien, et à nouveau les médias omettent de mentionner le contexte et les préexistants essentiels à la compréhension de la situation.

Nous voudrions vous rappeler que la bande de Gaza est occupée militairement par Israël, le blocus étant un acte de guerre. Il faut également se rappeler que sa population se compose à plus de 60 % de réfugiés. Ces Palestiniens ont fui devant la violence qui a sévit dans leur pays en 1948 et 1967 et Israël leur dénie le droit au retour.

Nous voudrions vous rappeler que Gaza n'a pas d'armée, de force aérienne ou de marine, tandis qu’Israël possède l'une des armées les plus puissantes du monde et d'un niveau technologique des plus élevés du monde. Nous attirons votre attention sur le fait qu’Israël utilise chaque fois cette ‘escalade' de la violence  pour tester sa technologie meurtrière et en assurer la promotion et le profit qui en résulte au détriment de la douleur humaine.

Si vous décrivez les bombardements israéliens comme une ‘réactions suite' ou des 'représailles face' aux roquettes lancées depuis Gaza, nous voudrions vous remémorer que celles-ci font plutôt suite à l'occupation permanente de la Palestine, la confiscation des terres, les milliers de prisonniers politiques palestiniens dont des enfants, les checkpoints et l'étranglement de Gaza. Cette situation a été décrite par Desmond Tutu comme un système d’apartheid, plus grave que celui que l'Afrique du Sud a dû subir.

Lorsque vous décrivez l'occupant israélien comme étant la victime et la Palestine occupée comme étant l’agresseur, nous voudrions vous rappeler que la résistance à une occupation est un droit reconnu par les instances internationales. Nous voudrions également vous rappeler que l'occupation, le siège de Gaza et la punition collective subie par la population de Gaza sont contraires au droit international.

Nous vous encourageons à mentionner les demandes de plus en plus pressantes pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) contre Israël telles qu’initiées par la société civile palestinienne en 2005.

Enfin nous vous prions de ne plus présenter, dans les prochains jours, cette dernière ‘escalade' comme la énième spirale de violences dans un conflit insoluble. Nous vous prions de mettre les violences actuelles dans leur contexte historique, ce qui est indispensable pour comprendre ce qui se passe en ce moment. C'est de votre responsabilité de donner les clés de compréhension de la situation actuelle. 

Nous voudrions aussi vous demander de mettre en évidence la responsabilité de la Belgique et de l'Union européenne et leur refus d'utiliser les moyens à leurs dispositions pour contraindre Israël à respecter le droit international.

Nous vous remercions pour votre attention et vous adressons nos cordiales salutations. 

© Palestina Solidariteit vzw 2016